Uncategorized

Aboud, Mhenni et La Haye, l’amour interdit aux lâches

Le président du mouvement terroriste, MAK, Ferhat Mhenni, s’est mis à menacer l’Etat algérien et son armée de poursuite judiciaires devant  la Cour pénale internationale.
Seulement, l’ignoble president du  Mak et ses parrains ne savent pas que la Cour pénale internationale n’est pas un lieu pour poursuivre des personnes ou des Etats sans arguments aussi solides que du béton, car sa compétence est limitée et très spécifique.
Au cours des négociations sur le Statut de Rome, de nombreux pays ont tenté de faire de la Cour une autorité mondiale. Mais, la proposition a échoué en raison de l’opposition des États-Unis. Il a été convenu que la Cour n’exercerait son autorité que dans des  circonstances limitées et qui sont:
1/ Si la personne accusée de l’infraction est ressortissante de l’un des États membres (ou si l’État de l’accusé accepte de le juger)
2/ Si l’infraction a été commise sur le territoire d’un État membre de la Cour (ou si l’État sur le territoire duquel l’infraction a été commise a autorisé la Cour à se saisir de l’affaire).
3/ si l’affaire est déférée au tribunal par le Conseil de sécurité.
Il ressort de ces juridictions restreintes que l’Algérie ne fait pas partie des États membres, comme la Chine, les États-Unis, la Russie et l’Inde.Par conséquent, elle n’est pas concernée par cette cour, ni ses dirigeants.
Quant à l’armée, qu’accuse le sieur mhenni d’avoir incendié la Kabylie, personne ne  le prend au sérieux, à commencer par les habitants de la glorieuse wilaya III historique qui sont connus pour leur patriotisme, leur franchise et leur attachement à l’unité nationale. Les citoyens de Kabylie n’oublieront jamais cet élan de solidarité sans précédent et n’oublieront jamais  ces jeunes soldats de la valeureuse Armée nationale populaire morts en sauvants des dizaines d’habitants en proie à ces incendies meurtriers .

Il est également étrange de retrouver le journaliste Hichem Aboud, qui prétend avoir été observateur au Conseil des droits de l’homme, promouvoir cette idée dans ses interventions sur YouTube, sachant que son unique présence dans la salle des droits de l’homme au cours d’une cession en 2013 n’était pas comme observateur mais une invitation….. douteuse
Une alliance stratégique Mehnni Aboud n’est pas nouvelle, et si Aboud devenu porte-parole du Makhzen, prétend qu’il n’est pas d’accord avec son ami et allié séparatiste,  dans sa stratégie de diviser  l’Algérie , comment peut-il médiatiser les sorties de mhenni et l’inciter à frapper l’unité  nationale ?
Hichem Aboud, prétend qu’il possède des preuves des méfaits du chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Said Chengriha, encore, un autre mensonge de Aboud.

Il ne faut pas occulter que ce Aboud, ne sait plus sir quel pied danser, lui qui fait aujourd’hui la promotion du  livre de Souadia Habib, un  livre qui est un récit contre l’armée et qu’il avait l’habitude de dénigrer , en le qualifiant de recueil de mensonges parce qu’il était en concurrence avec son livre, la Mafia des Généraux. Il utile de rappeler que le livre de Souadia a  fait l’objet de conflits entre le journaliste Mohamed Sifaoui et le journaliste François Geze , et les tribunaux français ont juger le livre comme étant un récit en charge de l’armée algérienne , car Sifaoui a accusé Geze d’avoir manipuler les déclarations de Souadia , et Geze a porté les mêmes accusations contre Sifaoui , ce qui a décrédibilisé tout le livre .Bien sûr Aboud, par ignorance, ou juste pour berner ses auditeurs ne parle jamais de cette épisode. Tout le monde a en mémoire  le témoignage d’Aboud lors de son entretien avec  le très controversé journaliste, Haibet Hannachi, affirmant qu’il avait été contraint  de s’en prendre à Said Bouteflika, frére conseiller de l’ex-president, en préférant des mensonges parce  son journal a été fermé.Mais, une fois que Said Boutefliaka ait pris attache avec Aboud pour lui faire d’allechantes propositions, Hichem Aboud a fait un virage à 360 degrés et a tout oublié pour faire la promotion du 5 ème mandat, le mandat de la Issaba.
Aujourd’hui, tout le monde connait la réalité sur la personne de Aboud. Ses invectives, ses insultes ne passent plus  ni en Kabylie, ni dans les Aures ni dans le reste de toute  l’Algérie. Il est reduit à remplir ses lives de mensonges et courire derrière  les likes de YouTube et les revenus récoltés en provenance du Maroc.

La rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page