A LA UNEMAGHREB

D’un protectorat à un autre !

 Le royaume de sa majesté M6 vient de renouer avec la tradition encrée dans les gênes des rois allaouit à savoir le protectorat Son ancêtre Le sultan Moulay Abd el-Hafid, assiégé par plusieurs tribus dans sa capitale, Fès, demande l’intervention militaire de la France.
Le traité de Fès du 30 mars 1912 instaure le protectorat français sur le Maroc, et les tribus marocaines subissaient des massacres pour avoir refuser d’être gouverné par un « roi » considéré comme traître à son peuple, ce dernier trouve refuge à Rabat. L’histoire des Allaouit au Maroc ne voulait pas s’arrêter à cette trahison, l’encre n’est pas encore sec que Mohamed 6 viens de parapher un autre traité plus encombrant et qui hypothèque la souveraineté du peuple marocain, ou du moins ce en reste Cette fois le général Lyautey qui a instauré le drapeau marocain actuel s’appelle Mounir Masri , un pion israélien sans importance qui prétend protéger le royaume de sa majesté d’une éventuelle attaque algérienne . Sur les réseaux sociaux, les fidèles du makhzen n’ont pas honte de glorifier ce protectorat au lieu de créer au scandale, pour eux c’est une victoire contre leur voisin . Dommage qu’un peuple composé de braves amazighs et de fiers arabes soit sous la protection d’un nain qui a du mal à retenir les missiles fabriqués traditionnellement par les habitants de Gaza L’Algérie n’attaquera pas un peuple frère, c’est dans la doctrine de l’armée algérienne, par contre elle fera payer cher les aventuriers, son chef d’état major faisait partie des glorieux combattants de la guerre de 1973 , il connaît le terrain et les protecteurs de sa majesté connaissent sa détermination Alors soyez tranquille, l’Algérie, si elle doit un jour faire la guerre ça sera en dehors du grand Maghreb, et elle choisira le moment aussi , l’Algérie a toujours suivie son propre calendrier.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page