A LA UNEMAGHREB

Ancien agent de renseignement marocain: L’armée marocaine est dans un état de confusion et fait face à des difficultés organisationnelles et logistiques

Le journaliste et ancien agent des renseignements marocains, Farid Boukass, a révélé sur sa chaîne Facebook (N24) les effondrements qui ont envahi la direction de l’armée marocaine après le déclenchement de la deuxième guerre au Sahara occidental, soulignant que l’appareil de renseignement marocain emploie 600 agents dans les comités électroniques pour lancer des campagnes trompeuses d’ingérence à l’intérieur et à l’extérieur. Maroc, Ouest, coucher de soleil.

L’ ancien agent de la Direction générale de la surveillance foncière du Maroc, citant des sources diplomatiques la qualifiant de « très fiable », a ajouté que l’armée marocaine avait transporté des soldats marocains blessés lors d’affrontements militaires avec l’armée sahraouie vers les hôpitaux occupés de Dakhla et Smara « selon des procédures strictes et le silence sur leur état de santé. «.

Le journaliste, qui a déclaré avoir reçu des informations d’une source diplomatique étrangère, a confirmé que « Mohamed VI fait face à des difficultés organisationnelles et logistiques pour déployer l’armée le long du mur de séparation » pour affronter les forces de l’armée sahraouie, soulignant qu ‘ »il y a un trouble manifeste parmi les soldats ».

Selon l’ancien client, « il y a plusieurs cas de désertion militaire et de désobéissance aux ordres dans certaines casernes situées dans les parties occupées du Sahara Occidental et d’autres au Maroc », notamment après que « de nombreux commandants militaires ont été placés sous écoute et surveillance par les services de renseignement ».

L’ancien agent a souligné dans sa chaîne « le petit nombre de militaires présents le long du mur de séparation, au milieu de la rareté des vêtements militaires et de la nourriture, le manque d’armes et de munitions, ainsi que son évocation de la question des défections dans les rangs de l’armée marocaine ».

L’auteur du livre «Le Maroc à travers les yeux d’un agent de renseignement» explique en détail la situation des commandants et soldats marocains, à travers les «fuites dangereuses» qu’ils obtiennent, expliquant qu ‘«il y a une perturbation dans la distribution des armes et de la nourriture aux soldats, c’est au milieu des craintes des commandants militaires de perdre le contrôle des soldats, comme ce fut le cas. Auparavant craint.

  1. Bocas a également évoqué les pertes causées par les frappes lancées par l’Armée de libération sahraouie contre les forces marocaines en ces 50 jours de guerre ouverte.

Le journaliste marocain a également évoqué son exposition aux «persécutions constantes» des services de renseignement marocains et aux attaques des «mouches électroniques marocaines supervisées par le responsable de la sécurité marocaine, Abdellatif Hammouchi, qui dirige la Direction générale de la surveillance des territoires marocains et est également le directeur général de la Direction générale de la sécurité nationale.

Le journaliste chercheur a souligné dans le contexte que «le service de renseignement marocain emploie 600 agents qui ont des comptes internet, une tablette et un téléphone portable, et ils facturent trois mille dirhams par mois» pour lancer des campagnes trompeuses de brouillage à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc, ajoutant que «plus de 300 nouveaux personnels ont rejoint cet organe de sécurité et ouvert des bureaux. Eux à Quneitra. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page